A sainte Flora,
Plus rien ne fleurira.

A sainte Flora,
Noël dans un mois.

Un mois avant, un mois après Noël,
Le froid est bon et naturel.

Quand sainte Flora plantera,
Des poires à sainte Deborah 
[21 septembre] tu auras.

Pommier planté à sainte Flora,
Mûrira à sainte Laura 
[19 octobre].

Hortensia planté à sainte Flora,
Fleurira à sainte Laura 
[saint Laurent, 10 août].

A sainte Flora, mort aux rats,
Sinon plus rien n’aura.

Si la première neige ne prend pas,
De l'hiver elle ne prendra.

De la brume et des pluies de novembre
Font toujours un beau mois de décembre.

7° à 7h30

Spinoza.jpg
1632 : Baruch Spinoza, philosophe néerlandais. († 21 février 1677).

 

 Thanksgiving 2018
Charles-Michel de L'Épée, appelé l'abbé de L'Épée, né Charles-Michel Lespée1 le 24 novembre 1712 à Versailles et mort le 23 décembre 1789 à Paris (paroisse Saint-Roch), est un prêtre français, l'un des précurseurs de l'enseignement spécialisédispensé aux sourds.

L'abbé de L'Épée a mis en place la recherche sur une langue des signes méthodique utilisable par les sourds, afin de lier ces signes avec le français écrit, mais, comme l’a ultérieurement souligné Ferdinand Berthier, son erreur fut de vouloir assimiler la structure syntaxique du français à celle de la gestuelle des sourds.

Contrairement à ce que certains croient encore, ce n'est pas l'abbé de L'Épée qui a éduqué des sourds, même avec des gestes. Comme dit Pierre Desloges :« Ce n’est donc pas Monsieur l’abbé de l’Epée qui a créé et inventé ce langage ; tout au contraire, il l’a appris des sourds et muets. ». En revanche, c’est le regroupement des élèves sourds dans son institution et le besoin de communiquer entre eux qui favorisèrent et perfectionnèrent la langue des signes française (LSF), la langue naturelle des sourds. L’échec de l'enseignement du langage de signes méthodiques de l'abbé de l’Épée montre qu’il est vain de vouloir enseigner aux sourds sans tenir compte de leur identité culturelle. Il pratiquait aussi les techniques de démutisation et a adapté à la langue française les techniques mises au point en Espagne par Juan de Pablo Bonet, en Angleterre par John Wallis et aux Pays-Bas par Johann Conrad Amman. Il opposa sa méthode à celle de deux autres précepteurs de sourds : Jacob Rodrigue Péreire en France et Samuel Heinicke en Allemagne.

Le jeu "T'en fais pas" à l'honneur

T'en fais pas ou Ne t'en fais pas est la version française du jeu allemand Mensch ärgere Dich nicht créé par Joseph Friedrich Schmidt en 1907 ou 1908, édité en 19101 par l'éditeur Schmidt Spiele et vendu depuis à plus de 60 millions d'exemplaires. Le jeu est de la même famille que le Jeu des petits chevaux français, le Pachisi indien, le Parcheesi américainet que le jeu anglais Ludo.
Description de cette image, également commentée ci-après