Anges ou Démons ?

mercredi 16 janvier 2019

Dictons du jour

Prépare pour saint Marcel
Tes graines nouvelles.

Pluie à la saint Marcel
Ne fait pas germer le vermicelle.

Saint Marcellin,
Bon pour l'eau, bon pour le vin.

Sainte Geneviève [le 3] ne sort point
Si saint Marcel ne la rejoint.

S’il gèle à saint Marcel,
Sur les allées jette du sel.

Taillé à la saint Marcel,
Le pommier étincelle.

Poirier taillé à saint Marcel,
Des fruits plein l’escarcelle.

A la saint Marcel,
Du potager bêche toutes les parcelles.

A la saint Marcel,
Repique la laitue et coupe la radicelle.

Entre le 10 et le 20 janvier,
Les plus contents sont les drapiers.
(car on se couvre)

A la saint Honorat,
Rarement soleil il y a.

Brouillard en janvier,
Année ensoleillée.

Brouillard en janvier,
Année mouillée.

Brouillard en janvier,
Froid en mai.

Pluie de juillet,
Eau en janvier.

Pluie qui dure en janvier
Suffit pour toute l'année.

Pluies de janvier
Ne vont pas dans le panier. 

Quand il gèle en plein vent,
Tout se fend.

 -1° à 6h

Robert Van de Graaff.jpg
Robert Jemison Van de Graaff
 est un physicien américain (né le 20 décembre 1901 à Tuscaloosa et mort le 16 janvier 1967 à Boston) qui est à l'origine de la machine électrostatique qui porte son nom.

En 1923, il obtient le titre de Master of Science à l'université d'Alabama. Après un séjour à la Sorbonne entre 1924 et 1925, il obtient son titre de docteur en sciences à Oxford en 1928. En 1929, il retourne aux États-Unis, au laboratoire de physique de Palmer à l'université de Princeton où il travaille aux côtés de Karl Compton.

Intéressé par les récentes avancées de la science dans le domaine de la physique nucléaire, Van de Graaff élabore durant le printemps 1929 le premier prototype d'un dispositif pour générer les hautes tensions nécessaires aux accélérateurs de particules. Durant plusieurs années, il améliore le concept et le présente en novembre 1931 devant les membres de l'American Institute of Physics. Cette version du générateur produit une tension de plus d'un million de volts.

Entre 1934 et 1960, il est professeur de physique au Massachusetts Institute of Technology. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est directeur du High Voltage Radiographic Project et développe des produits pour l'US Navy.

Il meurt en 1967 à Boston.

En son hommage, on a donné son nom au cratère Van de Graaff sur la face cachée de la Lune en 1970.

Posté par Lystig à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


mardi 15 janvier 2019

Dictons du jour

plus de connexion depuis hier...

 

A la saint Rémy,
Perdreau vaut perdrix.

A la saint Rémi,
Cul assis.

A la saint Rémi,
La chaleur est finie.

Douceur de saint Rémi,
Le printemps frémit,
Mais le jardinier blêmit.

Mi-janvier,
Mi-paille.

Le très beau soleil de la mi-janvier, si bien accueilli qu’il soit, 
doit cependant nous inciter à la prudence.

Le 15, avec le 17 janvier et le 20 janvier,
C'est le jour le plus froid de l'année.

Gelée au jour de la saint Maur,
La moité de l'hiver est dehors.

D'habitude à la saint Maur,
La moitié de l'hiver est dehors.

Au jour de la saint Maur,
L’hiver est à moitié dehors.

A la saint Maur,
Ne t'étonne pas si le vent souffle fort.

Au milieu de janvier,
A moitié vide est le grenier.

Le quinze janvier,
Maur réjouit les chaudronniers.

Le 15 janvier,
Saint Maur rejoint les chaudronniers.

Entre le 10 et le 20 janvier,
Les plus contents sont les drapiers.

A saint Maur,
Tout est mort.

A la saint Maur,
Brûle le bois mort.

Tout arbre planté à la saint Maur
Aura mauvais sort.

A la saint Macaire,
On revoit les giboulées d’hiver.

Souvent à saint Macaire,
Reviennent les giboulées d'hiver.

A la sainte Wandru et saint Macaire,
On revoit les giboulées d’hiver.

Mois de janvier
Laisse la terre se reposer.

Chaleurs de janvier,
Ruine de l'été.

Quand le crapaud chante en janvier,
Serre ta paille, métayer.

D’un beau mois de janvier,
Prions Dieu de nous garder.

2° à 6h (pas de mistral aujourd'hui)

Coquelin aîné lors de la première de Cyrano, publié par L'Illustration le 8 janvier 1898.
Coquelin aîné lors de la première de Cyrano, publié par L'Illustration le 8 janvier 1898.
1898 : parution de Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand.

Posté par Lystig à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 14 janvier 2019

Dictons du jour

Soleil de sainte Nina,
Pour un long hiver rentre ton bois.

Si sainte Nina se fait douce,
Jardinier, prépare tes housses.

Pommier taillé à sainte Nina,
Plus de pommes n’y a.

Il vaut mieux un chien enragé
Qu'un limaçon en janvier.

Il vaut mieux voir un voleur dans son grenier
Qu'un laboureur en chemise en janvier.

Au mois de janvier, mieux voir le loup dans les champs,
Qu'un homme en chemise.

Il vaudrait mieux voir un loup sur le fumier
Qu'un homme en chemise.

Entre le 10 et le 20 janvier,
Les plus contents sont les drapiers.

A janvier sage,
Bon présage.

Pluie de janvier
Emplit les cimetières.

Janvier frileux
Gèle l'oiseau sous les oeufs. 

 5° à 6h, Mistral toujours très violent

Description de cette image, également commentée ci-après
traité de Kiel (la partie concernant la Norvège, retranscrite et traduite)
1814
 : cession de la Norvège à la Suède par le Danemark.

 

Posté par Lystig à 06:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 13 janvier 2019

Dictons du jour

A la saint Hilaire,
Le vin gèle dans le verre.

Soleil au jour de saint Hilaire,
Fends du bois pour ton hiver.

Soleil au jour de saint Hilaire,
Rentre du bois pour l'hiver.

Arcade (hier) et Hilaire
Gèlent les rivières.

S'il neige à la saint Hilaire,
Il fera froid tout l'hiver.

Neige de saint Hilaire
Annonce méchant hiver.

A la saint Hilaire,
Le jour croît d'un pas de bergère.

A la saint Hilaire,
Le jour croît d'une main de bergère.

A la saint Hilaire,
Le jour croît d'une heure de bergère.

Qui file le jour de saint Hilaire
Est sûr de filer son suaire.

Soleil et chaleur à la saint Hilaire
N'indiquent pas la fin de l'hiver.

Soleil au jour de saint Hilaire,
Fends du bois pour ton hiver.

Le soleil pour saint Hilarion,
Il faudra force tisons.

Soleil et douceur de sainte Yvette
N’est jamais bon prophète.

Sous la douceur de sainte Yvette
Se cache souvent la tempête.

A la sainte Yvette,
Jamais l’hiver ne fait la courbette.

Des caresses de sainte Yvette,
Saint Rodrigue 
[13 mars] payera la dette.

Quand le jour de la saint Léonce est serein,
Le meunier peut compter sur beaucoup de grains.

Mauvais temps à la saint Léonce,
Peu de fruits et beaucoup de ronces.

1° à 8h30, Mistral violent

112e anniversaire de la naissance de Zhou Youguang

Zhou Youguang (chinois : 周有光 ; pinyin : Zhōu Yǒuguāng) est un linguisteéconomiste et écrivain chinois, né Zhou Yaoping (chinois : 周耀平 ; pinyin : Zhōu Yàopíng) le 13 janvier 1906 à Changzhou dans le Jiangsu et mort le 14 janvier 2017 à Pékin.

Il est considéré comme le créateur du pinyin, un système de romanisation du chinois mandarin, promu officiellement par la Chine.

 

Posté par Lystig à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 12 janvier 2019

Dictons du jour

Arcade et Hilaire (demain)
Gèlent les rivières.

 Les douze premiers jours de janvier
Indiquent le temps qu'il fera les douze mois de l'année.

Regarde comme sont menées
Depuis Noël douze journées
Car en suivant ces douze jours,
Les douze mois de l'année feront leurs cours.
(ces douze jours sont appelés "les jours mâles").

Dans la nuit du onze au douze,
Regardez bien de quel côté le vent souffle :
S’il vient de l’Orient, il y aura mortalité de bestiaux ;
S’il vient du Midi, il y aura des malades ;
S’il vient de l’Occident, c’est signe de guerre ;
S’il vient du Septentrion, les champs sont menacés de stérilité.

A la Saint Paulin,
On compte les hirondelles autour d'Amiens.

S'il tonne en janvier,
Cuves au fumier,
Barils au grenier.
 

Janvier amasse les souches
Février les brûle toutes.
 

Si janvier ne le fait pas,
Mars ne le manquera pas.

 

-3° à 7h

 

Description de cette image, également commentée ci-après
Spasmes musculaires (opisthotonos) chez un patient atteint de tétanos. Peinture de Sir Charles Bell, 1809.

1926 : l'Institut Pasteur annonce la découverte d'un sérum contre le tétanos.

Posté par Lystig à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


vendredi 11 janvier 2019

Dictons du jour

A la saint Paulin,
On compte les hirondelles autour d'Amiens.

A la saint Paulin,
On compte les hirondelles sur les doigts d'une main.

A la saint Paulin,
Plus de laine que de lin.

Soleil câlin à la saint Paulin
Ne dit pas hiver sur le déclin.

Gelée de saint Paulin,
L’hiver fait le vilain.

Beau ciel bleu à la saint Paulin,
Sors vite le merlin 
[hache].

Plantation à la saint Paulin,
Les racines dans le pralin.

Grosse pluie à la sainte Hortense,
Il faudra diminuer la pitance.

Si le gel de sainte Hortense
Met le vigneron en transe,
Le gel de sainte Césarine 
[15 avril]
Le pousse à la ruine.

Dans la nuit du 11 au 12,
Regardez de quel côté le vent souffle :
S'il vient de l'Orient, il y aura mortalité de bestiaux ;
S'il vient du Midi, il y aura des malades ;
S'il vient de l'Occident, c'est signe de guerre ;
S'il vient du Septentrion, les champs sont menacés de stérilité.

Entre le 10 et le 20 janvier,
Les plus constants sont les chapiers
 (drapiers).

Mieux vaut chien enragé
Que soleil en janvier.

Quand il tonne en janvier,
Ca fait le cimetierre bosser
Et les louves avorter.

Si les mouches dansent en janvier,
Ménage ton foin au grenier.

-5° à 6h



Niels Stensen
 (latinisé en Nicolas Steno, en danois Niels Steensen (ou Stensen), en français Nicolas Sténon, en anglais Nicolas Steno et en italien Niccolo' Stenone) est un anatomistegéologue et évêque d'origine danoise, né le 11 janvier 1638 à Copenhague et mort le 26 novembre 1686 à Schwerin en Allemagne. Il fut l'un des premiers à formuler des principes en géologie, branche alors peu connue des sciences naturelles. Le plus connu d'entre eux est le principe de la superposition, d'après laquelle la couche supérieure d'une succession sédimentaire est toujours plus récente que les couches sous-jacentes, à moins de remaniements ultérieurs.

Sa vie est en grande partie marquée par son conflit personnel entre les explications religieuses des phénomènes naturels ayant cours et les découvertes scientifiques qu'il fit en ce domaine. Il est déclaré bienheureux par Jean-Paul II le 23 octobre 19881. Sa devise était : « Exactitude de l'expérience, résultats reproductibles ».

Posté par Lystig à 06:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 10 janvier 2019

Dictons du jour

Beau temps à la saint Guillaume,
Peu de blé, beaucoup de chaume.

Beau temps à la saint Guillaume
Donne plus de blé que de chaume.

(faudrait savoir !)

Entre le 10 et le 20 janvier,
Les plus constants sont les chapiers
 [drapiers]

Seuls les drapiers
S’affairent en ce début d’année
Où la terre engourdie
Laisse aux hommes des champs un peu de répit.

Quand le froid à la saint Grégoire [de Nysse] frappe,
La charrette dérape.

Quand il ne pleut pas en janvier,
Il faut étayer le grenier.

Si les mouches dansent en janvier,
Ménage le foin en ton grenier.

Si les moucherons dansent en janvier,
Ménage le foin du fenier.

Le rouge-gorge s'approche des maisons :
Signe de froid.

Cadeau de janvier,
Ingratitude de février.

Au décours de janvier,
La serpe au bois et le levier.

Janvier frileux
Gèle la merlesse sur les oeufs.

Janvier frileux
Gèle l'oiseau sur ses oeufs.

Janvier ne veut pas voir
Pisser un rat.

-4° à 6h, Mistral

Afficher l'image d'origine

Résultat de recherche d'images pour "saint guillaume"

Résultat de recherche d'images pour "saint guillaume"

Posté par Lystig à 06:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 9 janvier 2019

Dictons du jour

Soleil de sainte Alix prolixe,
Hiver au beau fixe.

Prépare la terre du potager entre sainte Alix
Et saint Félix [12 février].

Quand il pleut à la sainte Alice,
C'est souvent comme une vache qui pisse.

Pour saint Adrien,
Le froid nous revient.

Pour saint Adrien,
Le froid nous revient.

Pour saint Adrien,
Le froid nous dit: je suis ici.

Saint Adrien amène la glace
Ou fait que l'hiver trépasse.

Souvent à la saint Adrien,
Gelée ne gèle que les mains.

Souvent à la saint Adrien,
Froidure ne gèle que les mains.

Saint Julien [l'hospitalier] brise la glace,
S'il ne la brise, c'est elle qui l'embrasse.

Lune blanche,
Journée franche.

Lune pâle,
L'eau dévale.
Lune rouge,
Le vent bouge.

Quand la lune chevauche en janvier,
Autant de gelées en mai.

Quand sec est janvier,
Ne doit se faire plaindre le fermier.

Jours croissants,
Froid cuisant.

Aux grands jours,
Les grands froids.

Si l’hiver ne commence à céder ce jour,
Il va reprendre de plus belle.

Si janvier ne prend son manteau,
Malheur aux moissons et aux coteaux.

Beaux jours de janvier
Trompent l'homme en février.

0° à 6h, Mistral très violent, jusqu'à 110km/h

Aujourd'hui, journée mondiale de la Corse

Afficher l'image d'origine
1939 : annonce de la découverte du Francium par Marguerite Perey.

 

Posté par Lystig à 05:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 8 janvier 2019

Quiz du mardi !

Films de Spielberg et découvertes " par hasard "

 


Test en flash Cinéma créé sur Quizz.biz


Quizz en flash proposé par Mathamort depuis Quizz.biz

Posté par Lystig à 12:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Dictons du jour

Temps de saint Lucien,
Temps de chien.

Au jour de la sainte Gudule,
Le jour croît, mais le froid ne recule.

Séverin [de Norique] et ses coquins
Font geler tous les chemins.

Séverin et ses coquins
Font tout geler sur les chemins.

A chemin trop battu,
Il ne croît jamais d'herbe.

C'est quand le puits est sec
Que l'eau devient richesse.

Pouissière de janvier,
Abondance au grenier.

Brouillard en janvier,
Année ensoleillée.

En janvier, quand l’herbe pousse,
C’est toute l’année en mousse.

Quand janvier rit devant,
Il fait la grimace par derrière.

Un janvier froid et sans neige
Fait mal aux arbres et aux vignes.

-3° à 5h, Mistral et très froid

Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait imaginaire, estampe d'après une peinture du xvie siècle provenant de la Galerie de Mgr Badia à Rome


Marco Polo
 (né le 15 septembre 1254 à Venise et mort le 8 janvier 1324 à Venise) était un marchand italien, célèbre pour son intitulé « Livre des merveilles ». Ce livre a fait connaître l’Asie aux Européens et a eu un succès considérable. Marco Polo part avec son père Niccolò et son oncle Matteo pour l’Asie où il servit, avec eux, Kubilai Khan, l'empereur mongol. Après un périple de 26 ans, il est fait prisonnier par les Génois et rédige avec Rustichello de Pise une description des États de Kubilaï et de l'Orient. Marié, père de trois filles, il meurt en 1324 et est enterré dans l’église de San Lorenzo à Venise. Il n’est pas le premier Européen à atteindre la Chine mais son récit a influencé Christophe Colomb et d'autres voyageurs. Fra Mauro établit sa carte du monde en se basant, en partie, sur son récit.

 

Posté par Lystig à 06:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

lundi 7 janvier 2019

Dictons du jour

S'il gèle à la saint Raymond,
L'hiver sera encore long.

S'il neige à la saint Raymond,
L'hiver est encore long.

A la saint Raymond,
Neige à tous les monts.

Neige sur les monts à la saint Raymond,
Nous les jardiniers, dormons !

La saint Raymond ensoleillée
Rend le vigneron gai.

Aux grands jours,
Les grands froids.

Un mois de janvier sans gelée
N'amène jamais une bonne année.

Neige de janvier
Vaut fumier.

Neige en janvier,
Blé au grenier.

Neige qui tarde à fondre
En attend une qui tombe.

Sous l'eau, la faim ;
Sous la neige, le pain.

En janvier,
Le paysage n'a rien.

-3° à 6h


Les quatre lunes galiléennes de Jupiter. De haut en bas : IoEuropeGanymède et Callisto.
1610 : le savant italien Galilée observe pour la première fois des petits astres autour de Jupiter. Après trois semaines d'observation il comprend qu'il s'agit de satellites accompagnant la planète.

 

Posté par Lystig à 06:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 6 janvier 2019

Gratuité de Galette des Rois jadis offerte par les boulangers

 

article copié de la France pittoresque.

Du XVIIe siècle aux années 1910, la coutume voulait que les boulangers offrissent gratuitement une galette des Rois à leurs clients, non sans quelques velléités des artisans confectionnant alors ce traditionnel mets de l’Epiphanie d’y mettre un terme, certains chiffrant l’usage à un mois de bénéfice de leur commerce. Aujourd’hui « commerciale » la galette se trouve être désormais de surcroît un produit de fabrication majoritairement industrielle...

Comme tous les ans, les cris éclateront encore, dans toutes les familles où la galette du boulanger sera la bienvenue, chaque fois que les favoris du sort porteront leur verre à leurs lèvres : « Le roi boit ! la reine boit ! », se rassure un journaliste de La Tradition en 1904. Il faut bien le dire, d’ailleurs, les boulangers ne verraient pas, eux, sans un certain plaisir la disparition d’une coutume qui leur est fort onéreuse, s’empresse-t-il d’ajouter.

Certains nous l’avouaient, ajoutant qu’il avait été question de remplacer le gâteau offert au client par un don au bureau de bienfaisance. Mais l’accord n’avait pu se faire, les uns craignant de mécontenter leur clientèle, les autres faisant remarquer que la remise de la galette des Rois est le prétexte donné aux porteuses de pain pour recevoir leurs étrennes.

Galette des Rois
Galette des Rois
L’intérêt du maintien ou de la suppression de la tradition est sérieux pour les boulangers, car l’un d’eux nous disait que le gâteau ainsi offert, et dont le volume est proportionné à l’importance du client, lui revient de 1 franc à 3 francs. Bien entendu, la dépense totale est d’autant plus considérable que la clientèle est plus nombreuse. En résumé, il nous déclarait que cet usage lui coûtait les bénéfices d’un mois de son commerce.

La suppression de la galette offerte par les boulangers n’entraînerait pas la disparition du gâteau des Rois, mais elle porterait assurément un coup sensible à cette tradition qui s’est déjà sensiblement modifiée à travers les siècles. La « fève » depuis longtemps, on le sait, n’est plus une fève, mais le plus souvent un petit baigneur en porcelaine, transformation dont, seuls, se sont plaints les gens qui avalaient sans sourciller la légumineuse afin de ne pas payer « quelque chose ».

Puis, la galette n’étant pas du goût de tout le monde voulant néanmoins tirer les Rois, les pâtissiers ont depuis longtemps pris l’habitude de glisser une fève – en porcelaine, toujours – dans les gâteaux de diverses sortes. Et comme certaines personnes trouvent dans le renouvellement de la fête une aimable distraction, ce n’est plus seulement la veille et le jour de l’Epiphanie que les gâteaux en sont garnis, mais encore durant tout le mois de janvier.

Le gâteau des Rois, qui a connu bien des vicissitudes dont il a triomphé, subsistera longtemps encore, n’en doutons pas. Depuis la charte de 1311, où il se trouvait officiellement nommé, il eut des fortunes diverses ; après avoir été l’occasion de réjouissances, aussi bien parmi le peuple qu’à la cour du Roi-Soleil, il fut l’objet des délibérations du grave Parlement qui, en 1711, à cause de la famine, le proscrivit afin que la farine, trop rare, fût uniquement employée à faire du pain.

Son nom même était un danger quand vint la Révolution et Manuel, du haut de la tribune de la Convention, tenta d’obtenir que le gâteau des Rois fût interdit ; mais la galette triompha du tribun. Il est vrai que, peu après, un arrêté de la Commune ayant changé le jour des Rois en jour des sans-culottes, le gâteau n’avait plus sa raison d’être, mais cette disparition ne fut que momentanée, et il reparut sur toutes les tables familiales dès que les temps furent moins troublés, conclut le chroniqueur de La Tradition.

En 1909, les boulangers parisiens n’avaient toujours pas réussi à obtenir de ne plus offrir gratuitement la galette, puis le journal Le Petit Parisien, dans un entrefilet paru le 7 janvier, nous apprend que décidément, rien ne prévaut contre la tradition. Et c’est heureux, ajoute-t-il. Les Parisiens ne se consoleraient point de la suppression de la galette des rois, appétissante, croustillante, que les boulangers leur offraient, de temps immémorial, en manière d’étrennes.

L’an dernier, poursuit Le Petit Parisien, invoquant les charges nouvelles et notamment l’application du repos hebdomadaire dans les fournils, la chambre syndicale de la boulangerie avait décidé de supprimer la galette des rois. Ce fut là une grosse déception, si grosse même que les boulangers n’ont point voulu pour la plupart renouveler la tentative.

Les porteuses y trouveront leur profit, et ce sera justice ! s’exclame le journaliste. Les rudes travailleuses tôt levées, qui chaque jour, sans relâche, gravissent mille étages pour livrer notre pain quotidien, bénéficiaient de largesses provoquées par l’offre de la mirifique galette. Les salaires ne sont pas gros, en revanche, les temps bien durs et l’hiver bien rigoureux.

Posté par Lystig à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Epiphanie

Trois articles : le premier, issu de la France pittoresque, le second, de l'Internaute et le troisième du Figaro (lien : http://www.lefigaro.fr/langue-francaise/actu-des-mots/2018/01/07/37002-20180107ARTFIG00002-ce-que-vous-ne-savez-pas-sur-l-epiphanie.php?utm_source=CRM&utm_medium=email&utm_campaign=[20180107_NL_ACTUALITES]&een=d6b7260cbaa8759591cbf2c5134bd6f6&seen=6&m_i=xugHddakI45TIrOnIku_GR3xVvKULFihtivFlm1ScvSdn75CmYGAt%2BtVE%2BljbdwFPWZvyk0hI0uGdoafivKk3WzDtsEMXzjJxt ).
D'autres informations sur Nominis.

Afficher l'image d'origine

La France pittoresque

Epiphanie veut dire apparition ; les Grecs employaient ce mot pour désigner, soit la présence des dieux sur la terre, soit leur manifestation quelconque par un signe visible. En mémoire de ces apparitions ou visions prétendues, ils avaient institué des fêtes qu’ils nommaient Epipkanics.

Dans la religion chrétienne, on appelle Epiphanie ou fête des Rois l’anniversaire du jour où Jésus-Christ se laissa voir aux mages qui vinrent-d’Orient, conduits par une étoile, pour l’adorer et lui offrir de l’or, de l’encens et de la myrrhe. L’opinion vulgaire suppose que ces mages étaient des rois, quoique l’Evangile n’en dise rien : on l’aura présumé à la richesse de leurs offrandes. Dom Cahnet pense, au contraire, que ces mages étaient trois savants de la Chaldée ; il va même jusqu’à donner leurs noms, qui étaient, suivant lui, Balthazar, Gaspard et Melchior. L’Evangile ne s’explique pas plus sur les noms que sur les qualités.

Afficher l'image d'origine

Depuis une longue suite de siècles l’Epiphanie est devenue une fête de famille, dont nos poètes et nos prosateurs se sont plus à décrire la joyeuse solennité. Jamais clic n’a paru plus touchante que sous la plume de M. de Chateaubriand ; cependant tout le monde n’a pas partage’ son religieux enthousiasme. Dès le siècle précédent, on avait publié des livres contre le paganisme du Roi boit. On y soutenait que l’Epiphanie n’était qu’une réminiscence 3es Saturnales ; l’époque des deux fêtes, l’élection d’un roi, par laquelle débutait l’une et l’autre, la nature du mets principal, tout amenait des rapprochements contraires à la sainteté du christianisme. (Voy. Discours de Jean Deslions de Sentis, contre le paganisme du Roi boit.)

Afficher l'image d'origine

Malgré cette opinion colorée de raisons spécieuses, il n’est pas probable que le festin des Rois nous ait été légué par les croyances païennes. L’argument le plus fort qu’on puisse opposer à ce système, c’est que la veille des Rois, célébrée durant plusieurs siècles par le choc des verres et par les cris d’allégresse, se solennisait dans les premiers temps par le jeûne le plus austère. On s’assemblait le soir pour s’édifier mutuellement par des exemples de recueillement et d’abstinence. Peu à peu ces réunions nocturnes perdirent quelque chose de leur gravité ; le scandale s’y glissa, sans avoir besoin de l’ombre d’une tradition ancienne ; il de vint bientôt si révoltant, que l’autorité des conciles fut obligée d’intervenir et de défendre ces assemblées. On ne put les abolir entièrement, mais du moins elles subirent une réforme salutaire. Le festin seul en est resté ; pour en marquer l’origine, on eut soin de bénir le gâteau qu’on y servait, et d’en consacrer à Dieu la première part. Ce trait seul exclut toute comparaison entre la fête des Rois et les Saturnales.

Afficher l'image d'origine

 

L'Internaute

Qui aura la fève cette année ? Comme à chaque début d'année, les Français dégusteront une galette des Rois pour célébrer l'Épiphanie. Dans la tradition chrétienne, la galette est partagée pour célébrer l'arrivée des rois mages à Bethléem, guidés par une étoile vers la crèche où Marie avait donné naissance à Jésus. L'Épiphanie arrive douze jours après la naissance du christ, soit le 6 janvier. Mais une réforme a changé la date de la galette des Rois afin que chacun puisse en profiter un dimanche. Le gâteau se dévore désormais le deuxième dimanche après Noël, soit le premier dimanche de l'année. 

En 2019, c'est donc le dimanche 6 janvier que la galette des Rois prendra place sur les tables françaises. Heureusement, la règle n'est pas stricte. La galette des Rois se déguste durant la première moitié du mois de janvier. Et, à voir les étals des boulangers et pâtissiers,  on doit même commencer à la manger dès la fin du mois de décembre. 

Si aujourd'hui, la galette des Rois est associée à la tradition chrétienne, on trouve toutefois ses origines dans une tradition païenne puisque l'Épiphanie était l'occasion de célébrer le dieu Dyonisos, dieu de la vigne, du vin, mais aussi de la fête et des excès dans la mythologie grecque. On retrouve aussi l'Épiphanie dans la tradition romaine, elle correspondait alors aux Saturnales. Saturne symbolisait les liens de la famille avec la cité. 

Ce n'est qu'au IVe siècle, dans les communautés chrétiennes d'Orient, qu'on retrouve l'Épiphanie associée à la naissance de Jésus. La première reconnaissance de son caractère sacré vient des rois mages qui voient en lui le Messie. L'arrivée des rois mages après un long voyage survient douze jours après leur départ et devient, dans la tradition chrétienne, un événement que l'on commémore. Le 6 janvier devient alors la toute première fête sacrée du calendrier liturgique, elle remplace rapidement les fêtes païennes et s'incarne avec la galette des Rois qu'il faut partager avec ses proches. 

Tout savoir sur la tradition de l'Épiphanie

On retrouve plusieurs vestiges de ces fêtes dans notre galette des Rois actuelle. Les Romains avaient l'habitude de tirer au sort le roi d'un festin à l'aide d'un jeton noir ou blanc. On retrouve cette tradition dans les familles ou même les garnisons, durant les Saturnales. Celui qui avait été roi pouvait, le temps d'une journée, donner des ordres et réaliser ses désirs. Et c'est aussi lors des Saturnales que le plus jeune d'une assemblée, censé être le plus innocent, allait sous la table choisir à qui serait attribuée quelle part.  

Afficher l'image d'origine

images trouvées sur le net

Le Figaro

Ce que vous ne savez pas sur l'Épiphanie

Chaque année, le dimanche qui suit le 1er janvier, on mange une galette en souvenir des Rois mages. Mais d'où vient cette fête de l'Épiphanie ? Le Figarorevient sur son histoire.

La parole est d'évangile et l'acte aujourd'hui on ne peut plus comestible. Chaque année, quelques jours après le 25 décembre, alors que le saumon et les tomates cerise ont été ingurgités, la bûche dégustée, les chaumières remettent le couvert, cette fois-ci, avec la galette des rois. De frangipane ou en brioche, enrobée de sucre perlé ou de fruits confits, la pâtisserie sait toujours réunir autour d'elle la maisonnée. Mais d'où vient ce curieux nom d'Épiphanie? Pourquoi la fête-t-on? Et quel rapport y a-t-il entre sa mie et sa fève? Le Figaro fait le point.

» LIRE AUSSI - Au Mexique, on fête l'Épiphanie avec une galette géante

● Que signifie le mot Épiphanie?

Notre histoire commence bien loin de nos vertes contrées, en terre d'Athéna. Emprunté au latin chrétien ephinaia, du grec epiphainein «faire voir, montrer», le mot épiphanie -autrefois orthographié «epifaine»- désigne littéralement ce «qui apparaît». Il désigne par extension, précise le Trésor de la langue française, «la manifestation d'une réalité cachée».

» LIRE AUSSI - Nos recettes de galettes des Rois originales

● L'Histoire

L'évangile de Matthieu raconte cette «manifestation», postérieurement baptisée «Épiphanie». Il explique que les mages auraient été guidés par une étoile jusqu'à Jésus, à Bethléem en Judée. Il note: «Et voici que l'étoile qu'ils avaient vue à l'orient les précédait, jusqu'à ce qu'elle vienne s'arrêter au-dessus de l'endroit où se trouvait l'enfant. Quand ils virent l'étoile, ils se réjouirent d'une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents: de l'or, de l'encens et de la myrrhe.» Le premier don représente la richesse terrestre, le deuxième un hommage à sa divinité, le troisième, annonce la rédemption des souffrances.

L'Adoration des mages, de Jean-Pierre Granger, 1833.

Sans qu'il n'ait jamais été fait mention de leur nombre dans les écrits, la tradition estimera toutefois que les mages devaient être, comme leurs cadeaux, au nombre de trois. Un chiffre qui n'a rien d'anodin, puisqu'il symbolise la Trinité. Cette représentation des rois mages prendra un nouveau tournant à l'époque médiévale. Après leur avoir donné chacun un nom (Gaspard, Melchior et Balthazar), l'usage les représentera sous les trois âges de la vie: la jeunesse, l'âge mûr et la vieillesse.

Ainsi que le nota le chroniqueur et auteur de la Légende dorée Jacques de Voragine, au XIIIe siècle: «Le premier des Mages s'appelait Melchior, c'était un vieillard à cheveux blancs, à la longue barbe. Il offrit l'or au Seigneur comme à son roi, l'or signifiant la Royauté du Christ. Le second, nommé Gaspard, jeune, sans barbe, rouge de couleur, offrit à Jésus, dans l'encens, l'hommage à sa Divinité. Le troisième, au visage noir, portant toute sa barbe, s'appelait Balthazar ; la myrrhe qui était entre ses mains rappelait que le Fils devait mourir.»

● L'épiphanie avant l'Épiphanie

La fête de l'Épiphanie a pris la place de cultes païens. Ainsi que le rappelle Marie-Françoise Baslez dans son livre Jésus, dictionnaire historiques des évangiles, «entre les 17 et le 21 décembre (calendes de janvier), les Romains célébraient les Saturnales, fête du renouveau, déplacées du 17 au 24 décembre à la fin du IIIe siècle. À partir du règne d'Aurélien, le 25 décembre, revêtit une solennité particulière, comme dies natalis du Soleil invincible». Cette date coïncidait en effet avec le solstice d'hiver et donnait lieu, en Rome antique, à la célébration du dieu iranien Mithra.

● Quand faut-il alors fêter l'Épiphanie aujourd'hui?

Au même moment que l'on fixa la fête de Noël dans le calendrier au IVe siècle, on donna une date à l'Épiphanie. Jusqu'au pontificat de Jules Ier, la fête des Rois était en effet célébrée en même temps que celle que nous fêtons désormais le 25 décembre.

L'Épiphanie fut jusque dans les années 1960 solennisée le 6 janvier. Mais c'était sans compter Vatican II (1962-1965), qui décida de faire tomber chaque année l'Épiphanie le 1er dimanche suivant le 1er janvier, soit entre le 2 et le 8 janvier. Cette année l'Épiphanie intervient un 7 janvier, mais en 2019, ce sera un 6 janvier.

L'Épiphanie fut d'abord la célébration de la naissance de Jésus dans l'Église d'Orient. Elle désigna par la suite différentes manifestations du Christ au monde: le baptême de Jésus dans le Jourdain, le premier miracle de Jésus aux noces de Cana (il y transforme de l'eau en vin) et l'adoration des rois mages pour l'Enfant. Cette dernière acception prévaut désormais dans l'Église d'Occident. Les mages, venus du bout du monde, incarnent une humanité assistant à la «manifestation» du Messie sur terre, parmi les hommes.

Pourquoi mangeons-nous une galette à l'Épiphanie?

La galette des rois ou la brioche en forme de couronne est aujourd'hui indissociable de la fête chrétienne. Et pourtant, cette tradition du tirage des rois serait bien antérieure à notre calendrier liturgique. Outre l'hypothèse de la fève cachée dans la galette qui rappellerait l'enfant Jésus que cherchaient les mages à Béthléem, de nombreuses sources feraient en effet remonter sa coutume à la Rome antique.

Selon les histoires, l'Épiphanie telle qu'on la connaît aujourd'hui dériverait des Saturnales. Une fête romaine en l'honneur du dieu Saturne lors de laquelle, selon les versions, on tirait au sort le roi du festin, on élisait un condamné à mort avant de le sacrifier après la fête ou même, une journée durant laquelle on échangeait les rôles entre les maîtres et leurs esclaves. Mais peut-être cette dernière coutume serait-elle plutôt apparue sous l'ère médiévale. C'est en effet à cette période que l'on note l'apparition des formules «tirer un roi» et «roi de la fève» (rex fabe) indique le Trésor de la Langue française.

Quoi qu'il en soit, la galette fait toujours recette à l'Épiphanie. Il s'en écoulerait autour de trente millions chaque année. De quoi ravir les papilles gustatives des petits et grands enfants!

» LIRE AUSSI - QUIZ -Connaissez-vous bien l'Épiphanie ?

Posté par Lystig à 10:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Dictons du jour

Regarde comment sont menées
Depuis Noël douze journées,
Car suivant ces douze jours,
Les douze mois auront leur cours.

Mon bon saint Mélaine,
Arrose-nous comme je t'arrose.

Malin, comme saint Mélaine
Prends soin de son bas de laine.

Pluie du 6 janvier
Dure à satiété.

Neige à l’Epiphanie,
Le grenier sera rempli.

A la fête des Rois,
Le jour croît du pas d'une oie.

A la fête des Rois,
Le jour croit d'un pas de roi.

Aux Rois,
Les jours grandissent d'un pied de roi ;
A la Saint-Antoine,
D'un pied de moine.

Si le soir des Rois, le temps est clair,
L'été, le ruisseau sera sec.

Le temps clair pour le jour des Rois
Nous annonce un regain de froid. 

Soleil qui luit le jour des Rois,
Fait deux hivers pour une fois.

Les hivers les plus froids
Sont ceux qui prennent les Rois.

Neige à l'Epiphanie,
Le grenier sera rempli.

Aux Rois,
Gouttes au toit,
Abondance de pois.

Pluie aux Rois,
Blé jusqu'au toit
Et dans les tonneaux,
Vin à flot.

Un temps clair au jour des Rois
Nous annonce un regain de froid.

Beaux jours aux Rois,
Blé jusqu'au toit.

Belle journée aux Rois,
L'orge croît sur les toits.

Pour les Rois,
Goutte au toit,
Saison de pois.

Quand il fait beau le soir des Rois,
Il vient du chanvre par-dessus les toits.

Si le soir des Rois
Beaucoup d'étoiles tu vois,
Tu auras sécheresse en été
Et œufs au poulailler.

Pluie du six janvier
Dure à satiété.

-1° à 9h

 
Les Très Riches Heures du duc de Berry, vers 1411-1416, musée Condé, Chantilly.

Posté par Lystig à 09:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

samedi 5 janvier 2019

Dictons du jour

A la saint Siméon,
La neige et les tisons.

A partir de saint Siméon,
Tu peux semer tes melons.

A la saint Gerlac, le temps froid est serein,
L'année sera bonne et fertile, c'est certain.
[Ardennes]

A la saint Edouard,
Le temps est rarement bon.

Soleil couard à la saint Edouard,
Hiver dérisoire.

Taille de saint Édouard
Fait les bonnes poires.

A la saint Gerlac le temps froid et serein,
L'année sera bonne et fertile, c'est certain.

Le 5 tu sauras
Quel mois tu auras.

Si tu vois l'herbe en janvier,
Serre ton grain dans ton grenier.

Manteau de neige dans les prés,
Manteau de foin prochain été.

Beaux jours de janvier
Trompent l'homme en février.

Brouillard en janvier,
Année mouillée. 

-3° à 8h30


Une des premières radiographies, prise par Wilhelm Röntgen.
1895
 : découverte des rayons X par le physicien allemand Wilhelm Röntgen.

Posté par Lystig à 08:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 4 janvier 2019

Dictons du jour

Le jour de Saint Odilon
Souvent n'amène rien de bon.

Le temps de saint Odilon,
De celui de l’année, souvent en dit long.

Gelées de saint Odilon
Présagent un hiver encore long.

A la saint Odilon,
Tout le bois mort mets au pilon.

Sainte Angèle brise la glace,
Si elle ne la brise, elle l’embrasse.

De Sainte Pharaïlde la chaleur,
C'est la colère et notre malheur.

Si le quatre janvier est humide et venteux,
L'année sera mauvaise.
S'il est froid et sec,
L'année sera fertile.
(et il vente, fin de la tempête...)

S'il gèle le quatre janvier,
Il y aura six semaines de gel.

Brouillard en janvier,
C'est une année mouillée.

Brouillard en janvier,
Année ensoleillée.

Plus il gèle en janvier,
Plus l'année sera féconde.

Janvier sec et beau
Remplit cuves et tonneaux.

Janvier sec et sage
Est un bon présage.

Soleil d'hiver, tard levé,
Bientôt couché et caché.

Janvier d'eau chiche
Fait le paysan riche.

-1° à 6h

Afficher l'image d'origine 
1863 : un brevet d'invention est accordé à James Plimpton de New York pour les patins à roulettes.

Posté par Lystig à 06:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :