Anges ou Démons ?

vendredi 16 novembre 2018

Dictons du jour

S'il pleut à la sainte Marguerite,
Les noix seront rentrées bien vite.

Soleil à la sainte Marguerite,
Les noix seront rentrées bien vite.

A la sainte Marguerite,
Forte pluie est maudite,
Mais l'hiver arrive vite.

A la sainte Gertrude,
Tire la charrue du grenier et laboure rude.

A la sainte Gertrude,
La chaleur sort de terre.

A la sainte Rita,
Le froid ne dure pas.

A la saint Véran,
Les olives tu prends.
A la saint Siffrein 
(le 27),
Semailles terminées.

Brouillards en novembre,
L'hiver sera tendre.

A la mi-novembre passée,
Il peut venter et neiger à souhait.

Novembre par tous les temps,
Le bois dans la cheminée est flambant.

6° à 6h

Drapeau
1907 : l'Oklahoma devient le 46e État des États-Unis.

 

 

 

alt=Description de cette image, également commentée ci-après
Marguerite d'Écosse
 (morte le 16 novembre 1093) est une princesse anglo-saxonne de la maison de Wessex qui devient reine d'Écosse en épousant le roi Malcolm III vers 1069-1070, après la conquête normande de l'Angleterre. Elle lui donne huit enfants, dont trois futurs rois d'Écosse. Ayant fait preuve d'une grande piété tout au long de sa vie, elle est canonisée en 1250. C'est la sainte patronne de l'Écosse, et bon nombre d'églises et autres établissements publics lui sont dédiés dans la région et ailleurs.

 44th Anniversary of the Arecibo Message

Le message d'Arecibo est un message radio qui a été émis vers l'espace lors d'une cérémonie pour marquer la transformation du radiotélescope d'Arecibo en 1974. Il a précisément été envoyé le 16 novembre 1974 vers l'amas globulaire M13 (plus communément appelé Amas d'Hercule) qui se trouve à environ 22 200 années-lumière et consiste en 1 679 bits. Le nombre 1 679 a été choisi parce qu'il est le produit de deux nombres premiers et ne peut donc être divisé qu'en 23 lignes et 73 colonnes, ou 73 lignes et 23 colonnes. Cela suppose que ceux qui pourraient le lire choisiront de l'arranger comme un quadrilatère (voir paragraphe « Décodage du message »). L'information arrangée de la première façon ne présente aucun sens alors que si elle est arrangée de la seconde façon, l'image contient des informations à propos de la Terre et de l'humanité. Si on lit de gauche à droite, elle montre les nombres de un à dix, les numéros atomiques de l'hydrogènecarboneazoteoxygène et phosphore, les formules chimiques des sucreset bases dans les nucléotides de l'ADN, les nombres de nucléotides dans l'ADN, la structure en double hélice de l'ADN, un croquis de l'être humain et sa taille, la population de la Terre, le Système solaire et une image du radiotélescope d'Arecibo avec son diamètre.

Parce que le message mettra plus de 20 000 ans pour atteindre la destination voulue (et autant à une éventuelle réponse pour nous revenir), le message d'Arecibo était plus une démonstration de l'avancée technologique de l'homme qu'un réel essai d'entrer en contact avec une civilisation extraterrestre. Le jeudi 16 novembre 2017, soit exactement 43 ans après son émission, le signal se trouve à 43 années-lumière de la Terre.

Le docteur Frank Drake, qui est allé ensuite à l'université Cornell, créateur de la célèbre équation de Drake, a écrit le message, avec l'aide entre autres de Carl Sagan.

Posté par Lystig à 06:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


mercredi 14 novembre 2018

A sainte Philomène,
Misère dans les garennes.

Mauvais temps le jour de la sainte Sidonie
N’est rien, juste des gouttes de pluie.

Pour la saint Mathan (ou saint Montant),
L'olive à la main.

Si novembre tonne,
L'année suivante sera bonne.

En novembre, s'il tonne,
L'année sera bonne.

Tonnerre en novembre
Remplit le grenier.

Chat se chauffant
Est signe de mauvais temps.

La chouette
Annonce la pluie.

Temps sanguin
Annonce pluie du lendemain.

Temps rouge le matin,
Pluie en chemin.

Chaleur de novembre
Cause de bien des gens la mort.

11° à 6h, brumes matinales, vont se dégager

 

Résultat de recherche d'images pour "Frederick Grant Banting"
Frederick Grant Banting (14 novembre 1891 – 21 février 1941) est un médecin et scientifique canadien récompensé par le prix Nobel de physiologie ou médecine de 1923, partagé avec John James Richard Macleod, pour avoir découvert l'insuline.Sir Frederick Banting’s 125th Birthday

Vainqueur du concours Doodle 4 Google 2018 – Inde

Vainqueur du concours Doodle Google 2018 – Inde

Posté par Lystig à 06:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 13 novembre 2018

Quiz du mardi !

Première Guerre Mondiale et novembre !

 


Quizz.biz : 1ère plateforme de Tests Histoire


Test proposé par Jane99 depuis Quizz.biz

Posté par Lystig à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dictons du jour

A la saint Brice, le temps
Sera celui du jour de l'an.

Tel jour saint Brice,
Tel jour Noël,
Tel premier janvier.

Regarde saint Brice se levant,
Tu sauras le temps de Noël et du Jour de l’An.

Si le brouillard entoure la saint Brice,
L'hiver passe tout bénin.

Le soleil venu, saint Stanislas
Ouvre tout grand les vasistas.

A la saint Stanislas,
Trop de vent nous lasse.

S’il gèle à la saint Stanislas,
On aura deux jours de glace.

Quand en novembre la pluie noie la terre,
Ce sera du bien pour tout l'hiver.

En novembre, soleil rouge le matin
Fait trembler le marin.

Entre la Toussaint et Noël
Ne peut trop pleuvoir et venter.

Quand il tonne entre Toussaint et Noël,
L'hiver est en retard.

En novembre, bon paysan
Va vendre son poulain.

11° à 6h, couvert... pluies

Afficher l'image d'origine

 

 

1002: Le massacre de la Saint Brice. Le 13 novembre 1002, le roi anglo-saxon Ethelred massacre la famille du chef danois Sven à la Barbe fourchue. Celui-ci prend la mouche. En réplique au «massacre de la Saint-Brice», il entreprend de conquérir toute l'Angleterre. C'est ainsi qu'une dynastie danoise va régner sur le pays en attendant les Normands de Guillaume le Conquérant... 

Knut
Edouardleconfesseursceau

Suite de l'article: http://www.herodote.net/13_novembre_1002-evenement-10021113.php 

source : Mickey ici

 

 

Posté par Lystig à 06:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 12 novembre 2018

Dictons du jour

Saint Christian,
Temps sanguin
Annonce pluie du lendemain.

A la saint Emilien,
Les soirées ressemblent aux matins.

Quand les brebis secouent leur cloche,
La pluie est proche.

La reinette de sortie
S'en va chercher la pluie.

Si tu entends la cloche du voisin,
Tu auras la pluie demain.

Sème tes épinards en hivernal,
Tu en auras un quintal !

Le vent de novembre
Arrache la dernière feuille.

Temps cuivreux au couchant
Annonce la pluie sûrement.

Neige huit jours, terre nourrit ;
Mais au-delà, terre appauvrit.

12° à 6h

Lothaire(statue du XIIe siècle, musée Saint-Rémi, Reims).
Lothaire
(statue du xiie siècle, musée Saint-Rémi, Reims).
954
 : sacre du roi des Francs Lothaire.

185e anniversaire de la naissance d'Alexander Borodin

Alexandre Porfirevitch Borodine (en russe : Александр Порфирьевич Бородин), né à Saint-Pétersbourg le 31 octobre 1833 (12 novembre 1833 dans le calendrier grégorien) et mort le 15 février 1887 (27 février 1887 dans le calendrier grégorien) dans cette même ville, est un compositeurchimiste et médecin russe. Il est l'auteur de l'opéra Le Prince Igor et de ses célèbres Danses polovtsiennes.

Posté par Lystig à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


dimanche 11 novembre 2018

Dictons du jour

Résultat de recherche d'images pour "11 novembre"

L'été de la saint Martin
Dure trois jours et un brin.

A la saint Martin,
Une éphémère chaleur revient.

A la saint Martin,
Tire ton vin.

A la saint Martin,
L'hiver est en chemin,
Manchons aux bras et gants aux mains.

Si le brouillard entoure saint Martin,
L'hiver passera tout bénin.

Si le vent du sud souffle pour la saint Martin,
L'hiver ne sera pas coquin.

Pleine lune à la saint Martin,
Abondance de neige et de biens.

Bel été de saint Martin
Présage un hiver certain.

S'il pleut le jour de saint Martin bouillantn
Il pleuvra six semaines de rang.

Si la rivière déborde à saint Martin,
Elle est toujours là ou en chemin.

Fume tes champs à la saint Martin,
Tu t'en trouveras bien.

A la saint Martin,
Mène ta chèvre au bouquin.

A la saint Martin,
Tu peux tuer ton cochon et goûter ton vin nouveau.

A la saint Martin,
Tire ton vin,
Laisse l'eau pour le moulin.

A la saint Martin,
L'oie et le bon vin
Et l'eau pour le moulin.

Pour la saint Martin,
Tue ton porc et goûte ton vin.

Tue ton porc à la saint Martin
Et goûte ton vin.

Et la saint Martin,
Mets l'oie au toupin
Et convie ton voisin.

A la saint Martin,
Jeune ou vieux, bois le vin.

A la saint Martin,
Bouche ton tonneau et tâte ton vin.

A la saint Martin,
Borde tes barriques et bois ton vin.

A la saint Martin,
La neige est en chemin,
Si elle n'y est pas le soir, elle y est le matin.

Pour saint Martin,
La neige est en chemin,
Pour sainte Catherine 
(le 25),
Elle est à la courtine.

Pour la Saint Michel (29 septembre)0,
La neige est au ciel ;
Pour la Saint Luc (18 octobre),
Elle est au suc ;
Pour la Toussaint,
Elle descend ;
Pour la Saint Martin,
Elle est en chemin ;
Pour la Saint André (le 30),
Elle est sous le pied.

Si l'hiver va son chemin,
Vous l'aurez à la saint Martin ;
S'il retardait un instant,
Vous l'aurez à la saint Clément 
(le 23) ;
S'il trouve quelques encombrées,
Vous l'aurez à la saint André 
(le 30).
Mais s'il allait ce ne say, ne l'ay, 
vous l'aurez en avril ou en mai.

Si la lune est à son croissant à la saint Martin,
L'hiver sera mou et pluvieux.

Saint Martin boit bon vin
Et laisse l'eau courir au moulin.

A la Saint Martin,
ois le vin et
Laisse l'eau aller au moulin.

Si l'hiver va droit son chemin,
Vous l'aurez à la saint Martin.

A la saint Martin,
Les soirées ressemblent aux matins.

Saint Martin,
Saint Tourmentin.

Si à la saint Martin,
Les oies vont sur la glace,
A Noël, elles marcheront sur la face.

Afficher l'image d'origine

 

“Vous avez gagné la plus grande bataille de l'histoire et sauvé la cause la plus sacrée, la liberté du monde.”
de Ferdinand Foch
Extrait de Ordre du jour aux armées alliées, 12 novembre 1918
(d'après Evène)

 

11° à 8h, pluie

 

Résultat de recherche d'images pour "11 novembre 1918 signature de l'armistice"

 

 

Poland Independence Day 2018
jour d'indépendance de la Pologne

Journée des anciens combattants 2018

Posté par Lystig à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Souvenons-nous en ce jour...

 

Afficher l'image d'origine

site du bleuet de France : clic

D'après 34ème section F.N.S.O. (clic ici pour en apprendre plus)

Le bleuet : fleur symbole du souvenir

 

L’origine du bleuet comme fleur symbole du Souvenir trouve son origine directement dans la guerre de 1914-1918. Tout comme les coquelicots, les bleuets continuaient à pousser dans la terre ravagée des tranchées de la grande guerre. Pour les poilus, ces fleurs étaient le seul témoignage de la vie qui continuait, au milieu des bombardements et des gaz de combat, et elles étaient aussi la seule note de couleur dans la boue uniforme des tranchées.

Les Anglais ont choisi le coquelicot comme fleur du Souvenir, les poilus français ont choisi le bleuet comme symbole de leur guerre.

Spontanément, les soldats vétérans de la mobilisation, en uniforme bleu et rouge, ont nommé «bleuets» les jeunes recrues qui arrivaient au front courant 1915, vêtues du nouvel uniforme bleu horizon de l’armée française. Cette appellation perdura pendant toute la guerre, quand bien même dès 1915, toute l’armée française fut équipée du nouvel uniforme. En effet, la qualité de la teinture ne résistait pas aux conditions de vie et de combat des tranchées et l’uniforme avait tendance à prendre la couleur de la boue environnante. Tout homme de renfort avec son uniforme flambant neuf contrastait avec les tenues pitoyables des anciens. La popularité du bleuet fut telle pendant le conflit, qu’il servit à des fins de propagande : affiches, chants, poèmes.
Comme le coquelicot britannique, c’est après guerre que le bleuet fut utilisé comme fleur du souvenir en faveur des mutilés de la guerre.

Bleuets de France

Les voici les p'tits " Bleuets "
Les Bleuets couleur des cieux
Ils vont jolis, gais et coquets,
Car ils n'ont pas froid aux yeux.

En avant, partez joyeux :
Partez, amis, au revoir !
Salut à vous, les petits "bleuets",
Petits bleuets, vous notre espoir !

Alphonse Bourgoin (1916)

bleuet___coquelicot
gravure de Grandville (source : clic)

 

et un Poilu (déniché par Syl69)
son blog : http://blogpub.canalblog.com/archives/2013/11/11/28314871.html#c58565975
Poilu CP S 016

Posté par Lystig à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 9 novembre 2018

Dictons du jour

A la Saint Théodore
Fleurit le bouton d'or.

Orage de la Saint Théodore
Annonce une année en or.

A la saint Théodore,
Il fait toujours plus froid dehors.

A la Saint Mathurin,
Des fruits rouges, c'est la fin.

A la saint Mathurin,
Bois le vin
Et laisse l'eau pour le moulin.

A la saint Mathurin,
Tire ton vin
Et laisse l'eau pour le moulin.

Au jour de Saint Montan,
L’olive de l’arbre descend.

Pour la Saint Montan, 
l’olive à la main.

A la saint Montan,
Toutes olives tu prends.

Lune qui naît méchante,
Dans trois jours charmante.

Si le pic-vert donne son chant,
Signe de pluie ou de vent.

Novembre est un mauvais mois
Pour les brebis tondues.

9° à 5h40

Cette date est tout particulièrement importante pour l'histoire allemande, puisqu'elle fut témoin de cinq événements emblématiques de l'histoire de l'Allemagne :

plus encore d'évènements ici !

On parle donc pour cette date de Schicksalstag (« jour du destin » ou « jour fatal »).

 

Fête de l'Indépendance du Cambodge 2018
Fête de l'indépendance du Cambodge

Posté par Lystig à 06:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 8 novembre 2018

Dictons du jour

A saint Geoffroy,
Les oisons sont des oies.

Temps couvert à la saint Geoffroy
Amène trois jours de froid.

Temps froid à la saint Geoffroy
Amène trois jours de froid.

A la saint Geoffroy,
Tout oison est oie.

Il pleut au saint jour des Reliques
Et vente à décorner les biques.
Mais souvent le grand saint Martin 
(le 11)
Pour trois jours sèche le chemin.

Quand l'eau sort au bois mort,
Toute l'année, elle sort.

9° à 5h40 (pluies)

Description de cette image, également commentée ci-après
Bataille de l'Öresund par Jan Abrahamsz Beerstraten
1658 : bataille de l'Öresund qui voit la victoire de la flotte néerlandaise, venue secourir ses alliés danois, sur la flotte suédoise.

Posté par Lystig à 06:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 7 novembre 2018

Dictons du jour

A la saint Ernest,
Cueille les pommes qu'il te reste.

A la saint Ernest,
Abats les pommes qu'il te reste.

A la saint Ernest,
Ramasse les pommes qu'il te reste.

A la sainte Carine,
S'il ne pleut, il bruine.

A la saint Florent [évèque de Strasbourg],
Le courant est revigorant.

A la saint Florent,
Il est bien de semer le froment,
Mais sans perdre de temps.

A la saint Florent,
Il fait bon de semer le froment,
Mais il ne faut pas perdre de temps.

A la saint Florent,
L'hiver s'en va ou reprend.

A la saint Florent,
L'hiver quitte ou reprend.

S'il neige à la saint Florent,
Les récoltes seront en excédent.

Souvent à la saint Florentin,
L'hiver lisse le chemin.

Chaleur de novembre
Nuit fort.

Novembre chaud au début,
Froid à la fin.

Quand en novembre tu entends la grive chanter,
Rentre à la maison pour t'abriter et du bois pour te chauffer.

Temps cuivreux au couchant
Annonce la pluie sûrement.

Brouillard en novembre,
L'hiver sera tendre.

6° à 6h, pluie et orages...

Description de cette image, également commentée ci-après
Marie Skłodowska-Curie, née Maria Salomea Skłodowska le 7 novembre 1867 à Varsovie, au sein du Royaume du Congrès (actuelle Pologne), et morte le 4 juillet 1934 au sanatorium de Sancellemoz situé à Passy (Haute-SavoieFrance), est une physicienne et chimiste polonaisenaturalisée française.

Pierre Curie — son époux — et Marie Curie reçoivent une moitié du prix Nobel de physique de 1903 (l'autre moitié est remise à Henri Becquerel) pour leurs recherches sur les radiations. En 1911, elle obtient le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium.

Scientifique d'exception, elle est la première femme à avoir reçu le prix Nobel, et à ce jour la seule femme à en avoir reçu deux. Elle reste à ce jour le seul lauréat à avoir été récompensé dans deux domaines scientifiques distincts (par la suite, et en dehors strictement des sciencesLinus Pauling obtint le prix Nobel de chimie en 1954 et le prix Nobel de la paix en 1962).

Elle est également la première femme lauréate en 1903, avec son mari, de la médaille Davy pour ses travaux sur le radium.

 Ã‰lections américaines 2018
élections américaines de mi-mandat

Posté par Lystig à 06:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 6 novembre 2018

Dictons du jour

pas de connexion

 

A la sainte Bertille,
Il est rare que le soleil brille.

A la saint Léonard,
Toute vermine part.

Quand en novembre il a tonné,
L'hiver est avorté.

En novembre, le bon paysan
Va vendre son poulain.

Quand en novembre tu entends la grive chanter,
Rentre à la maison pour t'abriter
Et du bois pour te chauffer.

La chouette
Annonce le froid.

Pluie du matin
Ne va pas loin.

Novembre, mois des brumes,
Par devant réchauffe et par derrière refroidit.

11° à 5h45, orages


peinture : Bach en 1715
Johann Sebastian Bach à trente-quatre ans (1715) par Johann Ernst Rentsch le vieux († 1723).
1717
 : Jean-Sébastien Bach entre en prison à Weimar pour crime de lèse-majesté envers le Duc Guillaume II. Il y reste jusqu'au 2 décembre.

(Le prince Léopold d'Anhalt-Köthen, beau-frère du duc de Saxe-Weimar, avait été très impressionné par la musique écrite par Bach pour le mariage de sa sœur Eléonore-Wilhelmine avec Ernest-Auguste. Il propose à Bach le poste de maître de chapelle de la cour de Köthen, le plus élevé des postes de musiciens permettant à Bach d'être appelé Herr Kapellmeister. Bach, qui avait déjà refusé un poste à la cour du roi de Pologne à Dresde car le duc avait doublé ses appointements pour le garder, accepte cette offre. En apprenant la nouvelle, le duc emprisonne Bach durant un mois, du 6 novembre au 2 décembre. Il corrige alors en prison les quarante-six chorals du Petit livre d'orgue (Orgelbüchlein))

 

Posté par Lystig à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 5 novembre 2018

Dictons du jour

Le cinq, tu sauras
Quel mois tu auras.

S'il neige à la Sainte Sylvie,
Le laboureur rit.

S'il gèle à Saint Zacharie,
Le paysan rit.

Sainte Sylvie pluvieux,
Paysan radieux.

A la Saint Zacharie,
Il y a des corbeaux gris.

Sainte Elisabeth nous montre
Quel bonhomme l'hiver sera.

A la sainte Elisabeth,
Tout ce qui porte forme n’est point bête.

En novembre, si la première neige ne prend pas,
De l'hiver elle ne prendra.

Quand les brebis secouent leur cloche,
La pluie est proche.

Quand l'eau sort au mois mort (novembre),
Toute l'année, elle sort.

Quand tu entends la grive chanter,
Rentre à la maison pour t'abriter
Et rentre du bois pour te chauffer.

 11° à 6h

Dornier Do-X en phase d'amerrissage (janvier 1932).
1930
 : l'hydravion Dornier Do X commence son périple autour du monde.

82e anniversaire de la naissance de Michael Dertouzos
Michael Leonidas Dertouzos (Athène, 5 novembre 1936 - Boston, 27 août 2001) Grec, professeur aux départements de génie électrique et d'informatique du Massachusetts Institute of Technology et directeur du laboratoire du MIT pour l'informatique ( LCS) de 1974 à 2001.

Posté par Lystig à 06:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 4 novembre 2018

Dictons du jour

A la Saint Charles,
La gelée parle.

A la Saint Charles,
On aimerait bien qu'elle nous parle.

Saint Félix [de Valois] et la Présentation
Amènent le froid pour de bon.

A la saint Amans [de Rodez]
Sont mûrs les glands.

Chaleur de novembre
Nuit fort.

Novembre, le mois des brumes,
Réchauffe par-devant et refroidit par derrière.

Début de novembre en gelée
Casse les reins à l'hiver commencé.

 9° à 7h

Image illustrative de l'article Tombeau de Toutânkhamon
1922 : L'égyptologue britannique Howard Carter découvre le tombeau de Toutânkhamon.

Posté par Lystig à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 3 novembre 2018

Dictons du jour

A la Saint Hubert,
Les oies sauvages fuient la terre.

A la Saint Hubert,
Les oies sauvages fuient l'hiver.

A la Saint Hubert,
Qui quitte sa place la perd.

A la Saint Hubert,
Tout se libère.

A la sainte Ida [ermite en Suisse],
Craint petites gelées et coups de froid.

S'il neige à la sainte Sylvie [mère de Grégoire le Grand],
Le laboureur rit.

En novembre froid
Le laboureur à foi.

Début de novembre en gelée
Casse les reins à l'hiver commencé.

Les gelées de la lune rousse
De la plante brûle la pousse.

Rouge vêpre et blanc matin
Sont la joie et le souhait du pèlerin.

Entre la Toussaint et Noël
Ne peut trop pleuvoir ni venter.

 8° à 8h45

 


1967 : le X-15 piloté par William Joseph Knight atteint mach 6 (7 272,68 km/h).

Fête de l'Indépendance du Panama 2018
fête de l'indépendance du Panama

Posté par Lystig à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 2 novembre 2018

Fête des Défunts

 

Fête des Trépassés du 2 novembre
instituée par Odilon de Cluny
(D’après « Histoire de l’Ordre de Cluny depuis la fondation de l’abbaye jusqu’à la mort de Pierre la Vénérable » (Tome 1), paru en 1848)
Si de tout temps l’Église avait fait des prières pour les défunts, aucun jour particulier ne leur était consacré avant le XIe siècle. C’est Odilon, abbé de Cluny en un temps où ce monastère étendait son influence sur l’Europe entière, qui, déterminé par le récit légendaire de l’existence d’un lieu situé près de Rodez vomissant des flammes et au sein duquel les démons tourmentaient les âmes des pécheurs, instaure cette commémoration et en fixe la date du 2 novembre, lendemain de la Toussaint, par un décret que les historiens placent entre 998 et 1031.

Les écrits des Pères et les anciennes liturgies nous montrent l’Église catholique adressant, dès les premiers temps, des prières pour les morts, et suppliant Dieu de les tirer du lieu où ils expient les fautes commises ici-bas ; mais ces prières avaient un caractère tout individuel. La veille de l’inhumation, le corps du défunt était porté dans l’église, et la nuit se passait à réciter auprès de lui des psaumes et des hymnes. Le lendemain, on célébrait le sacrifice de la messe, puis on confiait les dépouilles mortelles à la terre.

Des services, des anniversaires, des messes célébrées à l’intention d’un ou de plusieurs défunts, tel était à peu près l’ensemble du culte que l’Église consacra dans les premiers siècles aux fidèles trépassés. Vers 827, Almaric, diacre de l’église de Metz, inséra, dans un Traité de fêtes ecclésiastiques, un office spécial pour les morts ; mais cet office ne fut mis en usage que pour les particuliers. Dans la plupart des congrégations religieuses, on avait l’habitude, à certains jours de l’année, de faire la commémoration des défunts inscrits au nécrologue, c’est-à-dire de lire leurs noms, de réciter pour eux des prières, de recommander leur souvenir à leurs frères.

Cette commémoration avait lieu, à Cluny, le second jour après la fête de la Trinité, à Saint-Germain d’Auxerre, le 10 des calendes de février. En Espagne, saint Isidore de Séville, au VIIe siècle, recommanda de célébrer chaque année, le lendemain de la Pentecôte, une messe à l’intention des défunts. Mais ces prières ne s’appliquaient qu’aux membres d’une communauté, d’une église particulière, à ceux qui s’y rattachaient par une association de prières, par des bienfaits ou tout autre lien. Personne n’avait encore eu la pensée de consacrer une fête spécialement destinée à implorer, pour tous les défunts, la miséricorde divine.

 

Odilon de Mercoeur, cinquième abbé de Cluny
Odilon de Mercoeur, cinquième abbé de Cluny

Cette initiative revient à Odilon, abbé de Cluny, qui fixa la fête des Trépassés au lendemain de la fête de tous les saints. Il adressa à ses monastères le décret suivant, pris dans le chapitre de Cluny : « Il a été décrété par Odilon, à la prière et du consentement de tous les frères, que, de même que dans toutes les églises de la chrétienté on célèbre au premier novembre la fête de tous les saints, de même on célébrera, dans nos maisons, la fête commémorative de tous les fidèles défunts, depuis le commencement du monde jusqu’à la fin, de la manière suivante : le jour susdit, après le chapitre, le doyen et le cellerier feront à tous les pauvres qui se présenteront une aumône de pain et de vin, ainsi qu’on a coutume de le faire le Jeudi saint. Tout ce qui restera du dîner des frères, à l’exception du pain et du vin, qui seront mis en réserve pour le souper, sera donné à l’aumônier. Le soir, toutes les cloches sonneront, et on chantera les vêpres pour les défunts. Le lendemain, après matines, toutes les cloches sonneront de nouveau, et l’on dira l’office pour eux. La messe du matin sera célébrée d’une manière solennelle ; toutes les cloches sonneront ; le trait sera chanté par deux frères.

« Tous les frères doivent offrir en particulier et célébrer publiquement la messe pour le repos de l’âme de tous les fidèles. On donnera la réfection à douze pauvres. Afin que ce décret reste perpétuellement en vigueur, nous voulons et ordonnons qu’il soit observé, tant dans ce lieu que dans tous ceux qui lui appartiennent ; et si quelque autre prend exemple sur notre pieuse institution, qu’il devienne par là même participant à toutes les prières adressées à Dieu (particeps omnium bonorum votorum). De même que la mémoire de tous les chrétiens sera rappelée une fois l’an, de même nous ordonnons et tenons pour convenable de prier pour tous nos frères qui militent au service de Dieu, sous la règle de saint Benoît, afin que, par la miséricorde de Dieu, nous fassions chaque jour de nouveaux progrès. »

Venait ensuite l’indication des prières et des psaumes que l’on devait chanter dans les offices de cette fête. On ignore la date de ce décret. Le plus ancien historien qui en ait parlé, Sigebert de Gemblours, la fixe a l’année 998, Trithème à 1010, d’autres la reportent après la mort de l’empereur Henri II, en 1024, certains encore à l’année 1031. A la fin du décret, on peut lire : « Nous statuons également que la mémoire de notre cher empereur Henri sera célébrée d’une manière toute particulière, attendu qu’il nous a comblé de bienfaits. » Mais, cette phrase semble avoir été ajoutée après coup, comme il arrivait souvent. Anselme, auteur des Gestes des évêques de Liège, après avoir raconté l’institution de la fête des Morts, dit que Notger, évêque de cette ville, l’introduisit presque aussitôt dans son Église. Or, Notger mourut en 1008, ce qui reporte la date de sa fondation à une époque antérieure.

Quoi qu’il en soit, l’institution de la Commémoration des Morts gagna, dès le principe, tous les cœurs et frappa les âmes d’admiration pour son fondateur, et on n’hésita pas à la considérer comme une inspiration de Dieu même. La légende l’attribua à une révélation, dont le récit, s’il en faut croire le moine Jotsald, était répandu partout de son temps. On racontait qu’un moine de Rodez, revenant d’un pèlerinage à Jérusalem, fut poussé par la tempête sur les côtes de Sicile, dans une de ces îles volcaniques où les anciens plaçaient le Tartare et les forges de Vulcain. Il y trouva un reclus, auprès duquel il s’arrêta quelques jours, en attendant que la mer, devenue plus calme, lui permît de continuer son voyage.

Ce solitaire lui demanda de quel pays il était. « Je suis Aquitain, répondit le moine. – Connais-tu un monastère qu’on appelle Cluny et son abbé Odilon ? – Je les connais parfaitement ; mais pourquoi me faites-vous cette question ? – Je vais te le dire, et grave bien mes paroles dans ta mémoire. Il y a, près d’ici, des feux souterrains qui vomissent des flammes ; les âmes des pécheurs, par un jugement manifeste de Dieu, y endurent pour un temps déterminé divers supplices. Une multitude de démons est sans cesse occupée à renouveler leurs tourments, à les accroître chaque jour, à les rendre de plus en plus intolérables. Souvent j’ai entendu ces démons se plaindre amèrement entre eux de ce que la miséricorde divine accordait fréquemment à ces âmes souffrantes leur libération par l’intercession des hommes religieux et par les aumônes qui se font dans divers lieux saints.

« Ils se plaignent surtout de la congrégation de Cluny et de son abbé. C’est pourquoi, je t’en adjure au nom de Dieu, lorsque tu seras de retour dans ta patrie, fais part à cette communauté de ce que je viens de te dire ; recommande-lui de redoubler de prières, de veilles, d’aumônes, pour la rédemption des âmes placées dans les peines, afin que la joie se multiplie dans le ciel, et que le deuil règne parmi les démons. » Rentré en France, le moine de Rodez raconta ces choses à Odilon et à ses religieux, qui en éprouvèrent une grande joie, et s’occupèrent de travailler de plus en plus au soulagement des âmes du purgatoire : de là vint à Odilon la pensée de fonder la Fête des Trépassés.

Posté par Lystig à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Dictons du jour

La neige le jour des Trépassés
Annonce un printemps ensoleillé.

Le jour des Morts, ne remue pas la terre
Si tu ne veux pas sortir les ossements de ton père.

Novembre est le mois des morts,
Si tu ne veux pas mourir encore,
Habille-toi plus fort.

Novembre, mois mort,
Vêts-toi plus fort.

Novembre chaud au début,
Froid à la fin.

En novembre, il faut semer
Quand le décours est arrivé.

Qu'en ces jours le blé soit semé,
Que le fruit aussi soit serré.

Fête des défunts C’est le jour où l'Eglise a pour coutume de faire un office liturgique pour les morts qui n’ont pas encore atteint la gloire de Dieu. C’est Saint Odilon, Abbé de la puissante abbaye de Cluny qui le premier lança cette coutume, qui fut ensuite étendue à l’Eglise universelle (source : ephemeride.name)

 8° à 8h

William-Adolphe Bouguereau (1825-1905) - The Day of the Dead (1859).jpg
Le jour des morts, William Adolphe Bouquereau (1859) 

Jour des morts 2018
fête des morts

François Arago.
1853 : François Arago (né le 26 février 1786), astronome, physicien et homme politique français.

Posté par Lystig à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :