Le jour de la saint Irénée,
Est l'un des plus beaux jours de l'année.

A la saint Irénée,
Il convient de se remettre à son métier.

Pluie de saint Irénée
Réduit la vigne de moitié.

A la saint Fabien,
Bon foin ne jaunit jamais.

A la saint Fabien,
Bon foin jaunit bien.

S'il tonne fin juin,
Il n'y aura pas de vin.

S'il pleut à la veille de la saint Pierre,
La vigne est réduite au tiers.

Froid mai et chaud juin
Emplissent la grange jusqu'aux coins.

Quand brebis secouent leur cloche,
Pluie en montagne est proche.

Quand chante la grive,
La pluie arrive.

 Abeilles en mai valent un louis d'or,
Abeilles en juin c'est chance encore.

 25° à 6h, alerte rouge canicule déclenchée pour la première fois !
44° attendus chez moi...

Description de cette image, également commentée ci-après
Maria Goeppert-Mayer
 (née Maria Gertrud Käte Goeppert le 28 juin 1906 à Katowice, ville du Royaume de Prusse à l'époque, et morte le 20 février 1972 à San Diego en Californie), est une physicienne germano-américaine. En 2016, elle est, avec Marie Curie, l'une des deux seules femmes à avoir obtenu le prix Nobel de physique.

En 1929, alors étudiante en doctorat à l'université de Göttingen, elle démontre théoriquement l'existence de l'absorption à deux photons (ADP). En 1935, après avoir suivi son mari aux États-Unis à l'université Johns-Hopkins, où il n'est possible que de lui offrir un poste d'assistante sans salaire, elle publie un article historique sur la double désintégration bêta. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle rejoint le projet Manhattan et collabore avec Edward Teller.

C'est en travaillant par la suite à l'université de Chicago qu'elle développe le modèle en couches qui lui vaudra plus tard d'être co-lauréate, avec Hans Daniel Jensen, du prix Nobel de physique de 1963 « pour leurs découvertes à propos de la structure en couches du noyau atomique ». En 1960, elle obtient un poste de professeur à l'université de Californie à San Diego.

 Résultat de recherche d'images pour "caps lock day"

185e anniversaire de la publication du poème polonais Messire Thadée
185e anniversaire de la publication du poème polonais Messire Thadée

Messire Thadée est un poème célèbre polonais d'Adam Mickiewicz, publié à Paris, en 1834.


Une scène de Pan Tadeusz par Franciszek Kostrzewski (vers 1860)

Pan Tadeusz czyli ostatni zajazd na Litwie (Pan Tadeusz ou la dernière excursion en Lituanie) est considérée comme son œuvre la plus importante et la plus connue. Messire Thadée a été écrit et publié à Paris en 1833-34, lors de l'exil d'Adam Mickiewicz en France. Ce long poème est écrit en vers impairs de 13 syllabes. L'œuvre se compose de 12 grands chapitres. Elle est inspirée des traditions du roman historique, de l’épopée et du poème descriptif.

Elle retrace le quotidien d'une famille noble après l’arrivée de l’armée de Napoléon, durant cinq jours en 1811, et deux jours en 1812. Le poème monte un portrait de la société de la République des Deux Nations, c’est-à-dire l’union formée par le royaume de Pologne et le grand-duché de Lituanie pendant plusieurs siècles.

Messire Thadée est une œuvre cardinale pour la culture et littérature polonaise. En Pologne, tous les enfants apprennent par cœur un extrait de "Pan Tadeusz" appelé « l’Invocation ».

Dès le xixe siècle, le poème a fait l’objet de traductions en de nombreuses langues, dont deux en français. La traduction du polonais vers le lituanien date de 1964, on a réussi à y conserver l’alexandrin polonais originel de 13 syllabes.

Coupe du monde de football féminin 2019 – 20e jour
Coupe du monde féminine de football 2019 - 20ème jour
quart de finale

 
Résultat de recherche d'images pour "journée internationale du rosé"