A la sainte Valérie,
Souvent le soleil luit.

Ciel assombri à la sainte Valérie
N’est jamais avarie.

A la sainte Valérie,
Niche la perdrix.

A la sainte Valérie,
Si le ciel pleure, le jardinier rit.

Rameau sec à la sainte Valérie,
L’hiver nous a trahi.

A la sainte Valérie,
La charrue sous le poirier,
La Toussaint venue
Quitte la charrue.

A saint Aimé,
Point de moutons affamés.

A la saint Vital,
Pluie et gel font tout le mal.

Avril froid, pain et vin donne,
Mai froid les moissonne.

L'avoine d'avril,
C'est pour les brebis.

Le vent d'avril
N'a pas d'asile.

Ciel bleu foncé,
Vent renforcé.

Les mois d'avril et de mai
Font la farine de toute l'année.

Mars tue,
Avril écorche,
Mai enterre.

Quand mars fait avril,
Avril fait mars.

Quand il tonne au mois d'avril, le laboureur se réjouit,
Mais la mouche et la brebis ont beaucoup à souffrir.

Quand avril se met en fureur,
Il est père des laboureurs.

1° à 5h40

 256e anniversaire de la naissance de Marie Harel

Marie Harel, née Fontaine le 28 avril 1761 à Crouttes, près de Vimoutiers en Normandie et morte le 9 novembre 1844 à Vimoutiers1, serait, selon la légende, l'inventrice du camembert, avec l'abbé Charles-Jean Bonvoust.

Elle épouse le 10 mai 1785 à Camembert Jacques Harel, laboureur à Roiville. Le couple s'établit à Roiville, d'où la légende, historiquement peu crédible, de la fabrication du fromage à Camembert.

Il se fabriquait, depuis la fin du xviie siècle déjà, un fromage renommé dans le pays de Camembert. Thomas Corneille signale dans son dictionnaire géographique publié en 1708 : « Vimonstiers : [...] on y tient tous les lundis un gros marché où l'on apporte les excellents fromages de Livarot et de Camembert ». Pourtant, selon une légende tardive qui apparaît au début du xxe siècle, l'invention du camembert sera attribuée à Marie Harel qui aurait bénéficié des conseils d'un prêtre réfractaire, l'abbé Charles-Jean Bonvoust, caché vers 1796-1797 au manoir de Beaumoncel où elle travaillait, qui aurait été originaire de Brie et lui aurait transmis la recette de préparation du fromage à croûte fleurie qui y est produit (en réalité, l'abbé Bonvoust venait du pays de Caux). Ce récit apocryphe, que rien n'atteste, reste souvent considéré comme véridique dans de nombreux ouvrages qui le transmettent avec de surprenants enrichissements.

Il n'en reste pas moins que Marie Harel a bien existé, et a fabriqué des camemberts selon un savoir-faire local. Son principal mérite fut d'avoir été à l'origine d'une dynastie de fromagers entreprenants qui ont développé la fabrication du camembert sur une grande échelle, notamment son petit-fils Cyrille Paynel, né en 1817, qui créa une fromagerie sur la commune du Mesnil-Mauger dans le Calvados.

L'essor de la production de camembert dans la première moitié du xixe siècle est l'œuvre collective des descendants de Marie Harel qui se considéraient comme les seuls détenteurs légitimes de l'appellation camembert. Mais, à partir de 1870, d'autres fabricants normands contestent ce monopole familial.

Une statue de Marie Harel est visible à Vimoutiers. Une légende tenace veut que l'agricultrice soit morte à Champosoult, mais il s'agit de sa fille également prénommée Marie (1781-1855).