d'autres anecdotes :

piochées sur le vif.be :

Le calendrier grégorien 
D'après notre calendrier, une année normale compte 365 jours. Cependant, la terre met exactement 5 heures, 48 minutes et 46 secondes de plus à faire le tour du soleil. Afin de compenser cette différence, Jules César introduisit une "journée bissextile" à la fin du mois de février, alors considéré comme le dernier mois de l'année. Selon les plans de César, chaque année divisible par quatre était censée devenir une année bissextile. Ce système eut pour conséquence une accumulation de journées bissextiles et donc une nouvelle incohérence des calendriers lunaire et romain. Une situation qui resta inchangée jusqu'à 1582, date à laquelle une solution fut trouvée grâce à l'introduction du calendrier grégorien. 

Ses trois enfants sont nés un 29 février 
Dans le monde, près de 4 millions de personnes sont nées un 29 février. Au lieu d'attendre patiemment que vienne le 29 février avant de fêter leur anniversaire, une fois tous les 4 ans, ces personnes choisissent le plus souvent de faire la fête le 28 février ou le 1er mars. Alors qu'une Norvégienne a réussi l'exploit de mettre trois enfants au monde lors de trois 29 février consécutifs, une famille irlandaise voit naître des membres de sa famille lors de " journées bissextiles" depuis trois générations. 

La Journée des Maladies Rares 
61 pays ont reconnu le 29 février comme la " Journée des Maladies Rares ". Ce jour-là, ils cherchent à sensibiliser la recherche autour des pathologies encore incurables. La Belgique est l'un de ces pays. Ce 29 février, une conférence nationale a lieu à Bruxelles. Le débat porte notamment sur une nouvelle stratégie pour éradiquer les maladies rares.

Des calendriers alternatifs L'année bissextile ne plaît pas à tout le monde. Par le passé, plusieurs personnes ont lancé des propositions afin de se débarrasser du système des années bissextiles. L'astronome Richard Conn Henry et l'économe Steve Hanke ont récemment proposé un nouveau calendrier de 364 jours par an, auquel il serait ajouté un mois raccourci tous les deux ans. 

Les femmes font leur demande en mariage Comme le veut la tradition, le 29 février les femmes peuvent se permettre toutes sortes d'initiatives romantiques. Une coutume qui remonte à l'Irlande du Vème siècle. À cette époque Sainte Bridget se plaignait du fait que les femmes étaient obligées d'attendre une hypothétique demande de leur futur mari. Saint Patrick entendit sa requête et déclara le 29 février comme le jour au cours duquel la femme pourrait désormais demander l'homme en mariage. 

12 paires de gants 
Il existerait une loi écossaise qui stipule que si un homme refuse de prendre pour épouse une femme qui le demande en mariage un 29 février il doit s'acquitter d'une taxe. Dans certaines régions, cette taxe consiste à offrir 12 paires de gants à celle à qui il s'est refusé. De cette façon, elle peut cacher sa main sans bague de fiançailles. 

La seconde bissextile 
À côté du jour bissextil qu'on ajoute tous les 4 ans, il existe également la seconde "bissextile". Celle-ci est ajoutée régulièrement à l'horloge atomique pour l'harmoniser avec la rotation de la Terre. Il y a peu, 700 représentants de 70 pays se sont réunis à Genève pour déterminer si l'on devait supprimer cette seconde ou non. N'étant pas parvenus à un compromis, les représentants décidèrent de reporter la décision à dans trois ans. 

Un jour de malheur ?En Écosse le 29 février a la réputation d'être un jour maudit, un peu à la façon d'un vendredi 13. Celui qui naît un 29 février aurait, selon les croyances, une vie poursuivie par la poisse. 

Une année "enceinte" 
Les années bissextiles se retrouvent aussi dans d'autres calendriers. Dans le calendrier chinois par exemple on rajoute une lune tous les trois ans. Une lune qui porte exactement le même nom que la lune qui la précède. Ce mois n'est point fixé dans le calendrier et change d'année en année. Dans le calendrier juif, l'année bissextile est connue sous le nom d'année "enceinte". Dans ce dernier, l'année comprend aussi un treizième mois. Une année bissextile revient en moyenne 7 fois en 13 ans. 

Pas une vraie journée 
Jusqu'à il y a 300 ans, le 29 février n'était pas considéré comme une vraie journée. Il en résultait que, ce jour-là, on ne faisait aucune transaction. 

Une parade bissextile La Ville d'Anthony dans le Texas se voit comme la capitale de l'année bissextile. Lors de chaque 29 février, la ville organise une grande parade qui rassemble un public qui vient de partout dans le monde. 

 

chez boitedependore.com :

Origine du 29 février 

D'une année à l'autre, le calendrier n'est pas toujours le même. Tous les 4 ans, un nouveau jour vient s'ajouter : le 29 février. On appelle ça une année bissextile. Mais pourquoi y a-t-il un jour supplémentaire tous les 4 ans ?

Trente-et-un, c'est le nombre de jours que comptent habituellement les mois de l'année. A quelques exceptions près : avril, juin, septembre et novembre eux n'en comptent que trente. Février lui est encore plus atypique, il ne compte que vingt-huit jours. Sauf tous les 4 ans où il en compte vingt-neuf !

Mais pourquoi un tel casse-tête ? En réalité, créer un calendrier a été un véritable casse-tête pour l'humanité. Et de nombreuses modifications ont dû être apportées au cours de l'histoire. Parmi les découvertes clés, figure celle de la rotation de la Terre autour du Soleil.

Et l'existence du 29 février en découle directement. L'année bissextile, une histoire de rotation  La Terre réalise le tour du Soleil en exactement 365,25 jours selon l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE). Comme tout le monde le sait, une année classique dure 365 jours. Un calcul rapide suffit ainsi à constater qu'il manque quelque chose. Où est passé le 0,25 jour restant ? C'est ici qu'interviennent les années bissextiles. En effet, il est assez dur d'instaurer un quart de journée dans le calendrier. Il a donc été décidé au cours de l'histoire d'ajouter un jour tous les 4 ans afin de rattraper le retard accumulé. 0,25 jour x 4 = 1 jour !

Voilà pourquoi les années bissextiles comptent 366 jours au lieu de 365.  Mais pourquoi a-t-on choisi le 29 février comme date de rattrapage ? Le 29 février, un choix historique Le premier à s'être posé la question du rattrapage de ces années bissextiles est Jules César, en 46 avant J.C. Sous les conseils d'un astronome égyptien, Sosigène, il a opté pour instaurer un 366ème jour tous les 4 ans. C'est ainsi qu'est née la notion d'année bissextile.

En effet, Jules César tenait à ajouter le jour sans perturber le rythme des fêtes romaines. Il a ainsi été ajouté à un endroit un peu particulier : avant le 24 février, sous la forme d'une sorte de 23 février bis. Le jour constituait en réalité un "sixième jour bis" au sein de fêtes connues sous le nom des "calendes de Mars". Il était alors appelé "bis sexto ante calendas martis". C'est de ce "bis sexto" que découle l'adjectif bissextile. 

A l'arrivée au pouvoir de l'empereur Auguste, la situation a légèrement changé mais les réformes décidées par Jules César ont tout de même été appliquées. Ce n'est vraiment qu'au moment de sa mort que les dates ont évolué. Pour lui rendre hommage ainsi qu'à Jules César, un jour de plus a été ajouté au mois de naissance des deux dirigeants, à savoir juillet et août. C'est pour cela que les deux mois comptent 31 jours chacun.

Et c'est le mois de février qui a payé les pots cassés. Pour compenser cet ajout, on lui a retiré des jours : 28 jours en temps normal pour 29 lors des années bissextiles. Publié par Paul Coudray, le 26 février 2016

source : http://www.maxisciences.com/annee/pourquoi-le-29-fevrier-ne-tombe-t-il-que-tous-les-4-ans_art37301.html
Copyright © Gentside Découverte

chjez boitedependore.com :

Depuis l'instauration du calendrier grégorien:  
1. Les années divisibles par 4 sont bissextiles, pas les autres.  
2. Exception: les années divisibles par 100 ne sont pas bissextiles.  
3. Exception à l'exception: les années divisibles par 400 sont bissextiles.  
Ainsi, l'an 2000 est bissextile grâce à la règle 3. L'an 1900 n'était pas bissextile à cause de la règle 2.  
Le calendrier julien qui était en cours avant le calendrier grégorien ne connaissait que la première règle.  
La longueur précise de l'année terrestre est 365,2422 jours. Avec ces règles, le calendrier julien avait une année moyenne de 365,25 jours, ce qui a engendré l'accumulation d'une dizaine de jours de retard en quinze siècles. Ce retard fut corrigé par l'instauration du calendrier grégorien et une année de 10 jours plus courte. Celui-ci a une année moyenne de 365,2425 jours, ce qui est encore un peu trop long, mais n'engendre qu'une erreur de 3 jours en 10 000 ans.