Vendredi saint

Traditionnellement, on déguste un aïoli : sauce type « mayonnaise » à base d’huile d’olive et d’ail (d’où son nom) et par extension, le plat, composé de morue et de légumes bouillis ou pochés [à la vapeur, c’est meilleur ; légumes crus : plutôt pour l’anchoïade, recette ici]

On prépare l’aïoli dans un mourtié (mortier), en marbre ou en bois d’olivier et l’aïoli est réussi si on plante une fourchette dans la sauce et qu’elle reste bien « tanquée » (droite) (même origine pour la pétanque, voir ). 

Outre la sauce, l’accompagnement : escargots de mer (bigorneaux), moules, escargots de Provence (ou « petits gris »), artichauts, navets, betteraves, salsifis, fenouils, asperges de saison, carottes, haricots verts, choux-fleurs (cru ou cuit), concombres (cru), courgettes, tomates (crues), pommes de terre (version « moderne »), œufs durs (poule ou caille), etc. (très bon avec du poulet grillé et toute viande froide et avec des crevettes (pas très provençal…)).

Un petit vin blanc (à consommer avec modération) aidera à déguster ce plat copieux, que l’on mange en Provence le Vendredi Saint et au Gros Soupa (repas du 24 décembre au soir).

aioli
(source : paca info eco)

Dimanche de Pâques

La viande se doit d’être un agneau de lait.

agneau de Pâquessource : teteamodeler.com

 

Lundi de Pâques

S’il fait beau : pique-nique ! On mangera l’omelette et œufs durs (tradicioun.com). On se rattrape, on n’a pas mangé d’œufs pendant 40 jours ! En outre, vu les repas pantagruéliques des vendredi saint et dimanche de Pâques, une omelette peut largement suffire [et puis, il y a des stocks de chocolat à dévorer...].

paques_carte 
(source : fond-ecran-image.com)

 Trois superstitions

- Les œufs pondus le Vendredi Saint ne pourrissent pas, ils sèchent et deviennent durs [ils pourrissent, mais bon...].
- Ne pas changer les draps, cela porterait malheur.
- Ne pas porter de vêtements neufs : malheur.

(billet recyclé)