Attention, je ne veux froisser personne !!!!

180px_Landscape_Provence_France_1

Le touriste n’est pas une espèce en voie de disparition.

Au contraire.

Sous nos latitudes, héliotropisme oblige, il pullule !

Attention, je n’ai pas dit qu’il se reproduit (quoique certains soient de chauds lapins…) (peut-être, voir les statistiques 9 mois plus tard !).

Cette espèce, homo turistus pas sapiens (oh non, pas sage le touriste en goguette).

Il y a plusieurs groupes : le Français, goguenard, m’as-tu-vu peut-être, mais jaloux de ne pas avoir autant de soleil chez lui, l’Italien, presque comme chez lui (ce n’est pas loin…), l’Espagnol (idem), l’Allemand/le Britannique/le Scandinave, reconnaissable à sa couleur rouge écrevisse/tomate mûre/fraise écrasée.

Question simple : que vient faire le touriste en Provence ?

-         Chercher le soleil (ça c’est sûr, sinon il irait dans le Pas-de-Calais !)

-         Chercher la mer : Méditerranée, pour changer de l’Océan Atlantique… forcément, il y a de l’eau salée ET du soleil (contrairement à la Bretagne, pas jalouse Malou ?) et faire le steak : ici, pas de cabines de plage, les plages étant trop étroites, mais des cabanons dans les calanques)

-         Chercher du savon de Marseille, du lavandin (et oui, le lavandin sent, pas la lavande), des boutis, du pastis, de l’huile d’olive (la vraie, première pression à froid, quasiment opaque),des navettes de Saint-Victor, des calissons d’Aix, du nougat, de la tapenade verte ou noire, de l’anchoïade, des tians de courgettes, des tomates à la provençale, de la bouillabaisse, une pissaladière (spécialité niçoise), des croquants (attention les dents), etc. ;

-         A moins qu’il ne « fasse du tourisme »… Visiter le Palais des Papes à Avignon, flâner sur le Cours Mirabeau à Aix-en-Provence ou sur la Corniche à Marseille, « faire la Sainte-Victoire » à la découverte des paysages de Cézanne, flâner à Saint-Chamas ou Arles sur les traces de Van Gogh, découvrir les arènes d’Arles ou les Antiques à Saint-Rémy, se questionner devant Fontaine-de-Vaucluse (résurgence), musarder aux Baux-de-Provence ou à Gordes, rêver devant le Lubéron, se baigner dans les Calanques, …

300px_Gogh4
Arles, Terrasse du café, le soir, place du Forum (1888)

Je vous ai donné envie de venir ?

Tant mieux !

Mais bon, le touriste, parfois, j’en ai marre !

(cela fera l’objet d’un autre billet)

Pour les gourmands qui ont salivé et qui souhaitent des recettes, me faire signe….

Calanque_de_Morgiou
Panorama des Calanques de Morgiou et Sugiton.
A l'horizon, le Cap Canaille et à son extrémité, le Bec de l'Aigle.

(sources photo : Wikipédia)